Archives de Tag: intelligence émotionnelle

Nouvelle année

Galerie

La confiance en soi : un facteur de réussite scolaire.

Par défaut

Comme l’ont démontré les études de HW Marsh (mars 1992), la réussite scolaire n’est pas réellement influencée par l’estime de soi. Bien sûr, si les élèves à faible estime de soi permanente n’ont pas l’énergie pour entreprendre des apprentissages, par contre les élèves à forte estime de soi permanente ne réussissent pas réellement mieux, à cause de leur incapacité à se remettre en question.

Le facteur prépondérant est plutôt un des composants de l’estime de soi : «la confiance en soi».

En effet, l’apprentissage est une remise en question de ses propres certitudes, puisque nous passons par plusieurs niveaux :

  1. Inconsciemment incompétent : je ne sais pas que cela existe, et ne sait pas l’étendue de ce que je ne connais pas.
  2. Consciemment incompétent : je sais que je ne sais pas ! Quel progrès ! C’est le niveau de la prise de conscience.
  3. Consciemment compétent : je sais ce que je sais et doit y porter son attention pour faire.
  4. Inconsciemment compétent :  je sais ce que je sais et le fait sans y penser.

Ici on pourrait parler des niveaux de la transmission (*voir note de bas de page)

Dans les cas de nos enfants, cela signifie qu’ils vont passer par le point 2 qui est un passage stressant !

Je dois changer mes croyances : «tu te rends compte ?» «ce n’est pas ce que je croyais…» «Ce n’est pas si simple !» «Est-ce que je vais réussir ?» Et la peur apparait. La peur de l’échec, la peur de ne pas être à la hauteur, et même la peur de réussir avec ses corollaires (peur de ne pas pouvoir rester à la hauteur, peur de ne plus être aimé par les adultes, d’être rejeté par mes pairs… etc.)

Et si je change ? Mes parents vont-ils encore m’aimer ?

pjAlors que faire ?

OSER !

Oser apprendre. Oser se remettre en cause. Oser affronter l’échec. Oser devenir meilleur.

Et nous parents, que faire ? Pour entretenir cette confiance en soi ? Aimer nos enfants ! C’est pas aussi simple, non ?

Pas si simple, car nous oscillons entre couver le petit oisillon qui sort du nid, et le laisser aller tout seul. Nous oscillons entre poser des limites et tout donner pour sa réussite.

Or entre ces deux extrêmes, il est nécessaire de faire un moyen terme et trouver notre voie du milieu qui va lui permettre d’entretenir cette confiance en lui.

  • Cela commence par l’acceptation de qui il est : c’est à dire l’aimer inconditionnellement.
  • Ensuite la responsabilisation : Être responsable c’est être plus que ce que je fais (ex: je ne suis pas nulle, c’est mon attitude dans ce contexte qui fait que je ne me sens pas à la hauteur)
  • Puis le stimuler en focalisant le projecteur sur ses réussites
  • En gardant un haut niveau d’exigence pour lui montrer que VOUS avez confiance en son potentiel. Ne pas accepter le discours : « Ce n’est pas ma faute ! » et le remplacer par « Qu’est-ce qui dépend de toi pour aller vers ton objectif.

Et d’autres points que nous pourrons aborder ensemble lors d’entretiens individuels, ou collectifs pendant cette année scolaire qui commence.

Et en attendant que faire ? Commencer par lui dire ce que vous pensez réellement : « je t’aime » c’est facile… ou non ?


* Puis nous trouvons les niveaux de la transmission qui ne sont pas le sujet de cet article, mais que je vous cite pour mémoire : Consciemment incompétent de sa capacité à transmettre, consciemment compétent de sa capacité à transmettre, inconsciemment compétent de sa capacité à transmettre 

 

Psychologie positive : la méthode de Florence

Par défaut

35383_1547935616792_1187116507_1611667_1940840_nLa psychologie positive est une nouvelle branche de la psychologie en pleine expansion et bouillonnement.

Révolutionnaire, dans on approche, elle propose de s’intéresser non plus aux pathologies des individus, mais de s’intéresser à l’impact des émotions et sentiments dits « positifs »et donc à ce qui fonctionne le mieux afin de l’étudier et de pourvoir le transmettre à tous.

Cette discipline ambitionne de nous rendre durablement et sainement plus heureux 😉

Le psychologue hongrois Mihaly Csikszentmihalyi et le psychologue américain Martin Seligman, sont les initiateurs de ce courant faisant suite au courant de la psychologie humaniste initiée dans les années 50 aux États-Unis par Abraham Maslow et Carl Rogers.

Une des principales découvertes de la psychologie positive est le pouvoir des émotions agréables qui vont nous guider pour faire de la place au bonheur dans notre vie au quotidien. En apprenant à vous focaliser votre attention sur l’agréable  vous allez pouvoir vous aussi l’expérimenter. Lire la suite

Soirée Conférence Débat

Par défaut

Le  CAFE LELIA organise

 Soirée Conférence – Débat PSYCHO


COMMENT GARDER LE NORD DE NOTRE BOUSSOLE ÉMOTIONNELLE  ?

ou  comment développer notre intelligence émotionnelle 

boussole-dessin-1

Animée par Agnès PICCINI  

Psychologue – Coach

Le Jeudi 15 Mai à 19H30 sur L’ISLE ADAM

LA FAISANDERIE Salle des Chênes

Avenue Paul Thoureau 95290 – L’Isle Adam