Continuer à vivre après les attentats : comment en parler aux enfants ?

Par défaut

Après l’épisode Charlie Hebdo, une nouvelle vague de violence meurtrière à fait irruption dans notre quotidien, depuis vendredi dernier.  Comment vivre cette blessure collective ? En tant que parents nous avons tous été touchés ?

De quoi il s’agit ?  On parle d’état de guerre, ce mot ne correspond pas à une réalité, nous ne sommes pas en guerre avec un état mais contre des terroristes. Il convient de relativiser la fantasmatique qui va avec le mot guerre que l’on entend ? Aussi bien pour les adultes que pour les enfants.

Comment avons nous réagit ? Quelle émotion avons nous ressenti ?

Les images médiatiques qui tournent en boucle, les informations sur le net sont hypnotiques, on ressent l’envie, de voir, de savoir. Personnellement, je suis aussi tombé dans ce piège. Attention, il convient de prendre du recul : de couper les écrans, de décrocher de l’actualité sinon nous cultivons des émotions qui prennent trop de place dans notre quotidien et nous empêchent de revenir à notre quotidien.

Cette semaine, je ne suis senti lasse, attaqué, touché, par la peur de perdre en liberté, triste d’avoir perdu un sentiment de sécurité. Triste que tant de personnes aient perdu leur vie de façon absurde. Cela m’a ré-interroger sur le sens de la vie.

DSCN0121

Je me suis dit : « Il faut continuer à vivre comme avant ».

NON, ce n’est plus possible, j’ai une boule au ventre. Pour autant la vie continue et je ne vais pas m’arrêter de vivre, d’aller sur Paris, parce que j’ai peur. Cette violence nous rappel que nous sommes mortel, que cela n’arrive pas qu’aux autres ? Alors qu’avons nous envie de vivre aujourd’hui ? Qu’est ce qui devient urgent de ne plus oublier. Pour moi : « De dire je t’aime aux personnes que j’aime, de prendre mon compagnon et mon fils dans mes bras, de voir mes amis, de parler  … qui sont les premiers gestes de réassurance naturel. »

Avec ces évènement nous voyons aussi fleurir des mouvements de solidarité, car nous sommes touchés dans notre humanité. Cela me fait chaud au coeur. C’est ce qui est important pour moi, vivre même si des émotions désagréables surviennent « les vivre », car il y a aussi tous ces moments de profondeur, de partage de coeur à coeur, d’âme à âme qui sont plus fort que cela.

C’était le sujet de mon précédent article le PIRE ou ABCD…3emesouffle.fr/…/acceptation-daccord-mais-comment

Alors, aujourd’hui je vous pose la question :
« Qu’est-ce qui est vraiment important pour vous de vivre ? Et de le faire, d’oser ce que vous ne faite pas d’ordinaire ? »

Et c’est cela le message à faire passer à nos enfants. Ecouter leurs émotions, accueillir leurs questions, répondre avec sincérité.  Et OSEZ explorer de nouveaux chemins pour gagner en profondeur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s