Faire face à la violence dans la séparation avec la thérapie

Par défaut

Séparation

En ce moment, je constate que j’ai de plus en plus de demandes de consultation suite à des séparations. Un des parents, en général, la mère prend rendez-vous pour son ou ses enfants qui ont du mal à vivre cette séparation violante.

Certaines séparations sont « équilibrées ». C’est-à-dire les deux conjoints désirent se séparer d’un commun accord. Et dans ce cas, cette séparation, bien que difficile à comprendre pour l’enfant est vécu comme une simple péripétie de la vie, car chacun aide l’autre à grandir dans cette séparation. Malgré tout, la séparation des parents n’est pas anodine pour l’enfant, qui peut y réagir de multiples façons. Avec de la colère, accompagné ou non de propos et/ou d’actes violants ;  de tristesse, de repli sur lui-même, de culpabilité …

Mais dans une séparation « déséquilibrée ». C’est à dire, quand un des deux parents refuse cette séparation et réagit avec violence contre celle-ci ; La situation des enfants est encore plus inconfortable, voire intenable ! Quand je parle de violence, celle-ci peut-être tourné vers le parent à l’origine de la séparation et/ou retourné vers le parent quitté, genre auto-destruction, ou quelquefois sur les enfants qui sont porteurs, à leurs corps défendants, des souvenirs communs et des espoirs déçus.

Je ne vais pas ici aborder toutes les raisons de cet état de fait, mais plutôt, vous expliquer mon rôle dans ce cas.

Je commence à aider le parent demandeur à prendre du recul sur la situation et l’aider à poser un cadre protecteur plus serein pour lui et son ou ses enfants. Pour cela :

  1. Je vais recevoir l’adulte, voire les adultes quand la chance veut que les deux parents soient d’accord sur le fait que tout va mal et veuillent agir conjointement;
  2. Puis je vais recevoir l’enfant, voire la fratrie. Pour permettre à l’enfant d’exprimer son mal-être sur la situation, par le dessin, l’expression corporelle et par tous les médias de communication que l’enfant maîtrise.
  3. Je vais ensuite recevoir parents et enfants ensemble.
  4. Et recommencer autant de fois que nécessaire.

Le but de ces consultations : RETROUVER ET/OU RECONSTRUIRE DES REPÈRES

La durée de l’accompagnement est minimum de 5 séances.

Alors, qu’attendez-vous pour reprendre votre souffle  ?
Il n’y a pas besoin de toucher le fond pour commencer à remonter.  🙂

Remarque : Le deuxième parent est, bien entendu, le bienvenu, mais il n’est pas indispensable que celui-ci vienne pour que le processus puisse avoir lieu. Une autorisation parentale est cependant nécessaire au regard de la justice.

Vous voulez en savoir plus ? Contactez-moi au +33 (0)6 68 86 90 90

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s